Visite de l’Ambassadeur au Centre de Recherche Nucléaire de Mol [nl]

Jeudi 2 mars 2017, l’Ambassadeur de France en Belgique, Mme Claude-France Arnould s’est rendue au Centre d’Etude de l’Energie Nucléaire (SCK-CEN) à Mol, en Campine.

Le centre, qui fêtera ses 65 ans en mai prochain, est un des plus grands centres de recherche de Belgique et une référence internationale de la recherche nucléaire. C’est notamment un des acteurs les plus actifs dans le cadre du programme cadre européen Horizon 2020.

Les travaux du centre s’articulent autour de trois thèmes de recherche : la sûreté des installations nucléaires, la gestion durable des déchets radioactifs et la protection de la population et de l’environnement contre le rayonnement ionisant.

Plus de 750 personnes travaillent au sein du SCK-CEN, dont 70 doctorants et post-doctorants. Il assure par ailleurs la formation de jeunes scientifiques à travers sa SCK-CEN Academy for Nuclear Science and Technology.

Mme l’Ambassadeur a d’abord eu l’occasion de visiter le réacteur nucléaire BR2. Depuis sa mise en fonctionnement en 1962, il s’agit d’un des réacteurs de recherche les plus puissants au monde. En son sein, sont notamment réalisés des essais de matériaux et de combustibles nucléaires pour différents types de réacteurs. Il joue également un rôle important dans la production de radio-isotopes destinés aux applications médicales et industrielles ainsi que dans l’irradiation (le dopage) de silicium consacré à l’industrie microélectronique.

Le réacteur BR2 est actuellement utilisé pour la qualification du combustible du réacteur Jules Horowitz (RJH) en construction au centre de Cadarache. A l’horizon 2025-2030, il devrait être remplacé par le MYRRHA (Multi-purpose hYbrid Research Reactor for High-tech Applications), un réacteur de recherche hybride et multifonctionnel piloté par un accélérateur de particules. Projet d’avenir, MYRRHA a été retenu en décembre 2010 par la Commission européenne comme l’un des 50 projets à réaliser afin de garder l’Europe en position de leader dans la recherche en haute-technologie pour les 20 prochaines années.

La seconde partie de la visite était quant à elle consacrée au laboratoire de recherche souterrain HADES. Installé à 224 mètres sous terre, dans une couche d’argile de Boom, les chercheurs étudient, depuis 1974, le stockage des déchets radioactifs en couche géologique profonde. Il existe plusieurs infrastructures de recherche de ce type en Europe, en particulier, le projet Cigéo de centre industriel de stockage géologique à Bure, dans l’Est de la France.

Le SCK-CEN entretient depuis de longues années de nombreuses collaborations avec plus de 70 partenaires français parmi lesquels le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), le Centre National d’Etudes Scientifiques (CNRS) ou encore l’ Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra).}}

publié le 24/03/2017

haut de la page